Le Made In France : histoire d’amour à fort potentiel !

Le Made In France : histoire d’amour à fort potentiel !

Déjà initiée il y a quelques années, une réelle prise de conscience des consommateurs avec l’impact de la crise COVID est en cours pour le « Made In France ». Pas simple, car cette prise de conscience est confrontée aux habitudes d’achat où le consommateur est impatient et cherche de la disponibilité et livraison immédiate. Un vrai paradoxe.

Quelles attentes du consommateur ?

Ce paradoxe est clairement mis en avant dans l’étude Shopper Observer 2020 par Havas Paris.

92 % des consommateurs se disent prêts à consommer plus de produits locaux.
89 % souhaitent se tourner davantage vers les produits artisanaux.
Mais à nuancer car 65 % des consommateurs sont prêts à payer plus cher un produit disponible immédiatement.

Parallèlement, l’étude YouGov donne des précisions sur les motivations des consommateurs.
Ces motivations d’achat de produits français sont différentes en fonction des secteurs de consommation :

  • 55% des sondés consomment des marques « Fait en France « pour des motivations liées à la santé autour de la qualité des produits.
  • 38% pour des motivations économiques : rapport qualité prix
  • 38% pour des motivations de qualité et de défense d’un patrimoine : le savoir-faire local

Les raisons de consommer français sont également très liées aux âges des consommateurs et à leurs préoccupations.

Là où seulement 25% des Français achètent des produits « Faits en France » pour des raisons environnementales et écologiques, 48% d’entre eux ont entre 18 et 24 ans !

L’approche générationnelle dans sa stratégie est de plus en plus présente. L’entreprise doit absolument s’adresser à ces différentes cibles et adaptant sa communication avec le bon support.

Quels sont les freins à lever ?

Toujours selon cette étude YouGov, 3 points sont clairement identifiés comme étant des freins aux achats et à la consommation Made In France.
Ces 3 éléments sont à prendre en compte, tant dans sa stratégie commerciale que marketing.

1. Le frein du prix élevé : savoir expliquer.

3 Français sur 4 estiment que le prix est un réel frein à consommer des produits « Faits en France ».

La communication doit clairement être orientée sur l’explication et la transparence.

Il s’agit simplement d’expliquer pourquoi les produits sont (si c’est le cas) plus chers ?
En favorisant l’emploi français ?
En utilisant des ressources locales (et avec parfois des contraintes météorologiques spéciales) ?
En ayant des dispositifs de qualité plus contraignants que d’autres pays n’ont pas ?
En utilisant des matières premières de qualité ?

L’entreprise doit savoir l’expliquer, simplement et le mettre en avant.
Aujourd’hui, le consommateur peut acheter plus cher, mais doit savoir et comprendre pourquoi.

La marque Cocorico est un excellent exemple de produits français de qualité qui explique que le « Made In France abordable » est possible.
(et c’est aussi un coup de coeur personnel de Kevin Gallot, qui porte fièrement leurs t-shirts Cocorico !)

Avec même un livret d’une sélection de marque Made In France proposée lors de la commande de produits.

Les matelas français Bon Repos valorisent également le savoir-faire français, en rappelant l’histoire de la marque, la responsabilité sociétale ainsi que la fabrication (à Bourganeuf en Creuse).

 

2. Le frein de la disponibilité des produits : être mieux référencé.

A la seconde place sur le podium des freins à la consommation de marques proposant du « Fait en France », une offre estimée trop réduite pour 38% des Français. Pas assez de référencement dans les magasins, précisé par l’étude « Un mauvais référencement en magasin est souvent le résultat d’une demande amoindrie due à un problème de communication« .

Il convient ainsi d’avoir une stratégie multi-canal (web, boutique physique), qui sont aujourd’hui des leviers importants au développement de l’entreprise.

Avoir une présence sur Internet, quoi qu’on puisse en penser, nécessite des investissements importants : site performant, SEO (référencement naturel), marketing web (publicité), réseaux sociaux, etc.
Etre seulement présent en boutique physique limite également la portée économique (avec des générations, jeunes, qui consomment de plus en plus en ligne).

Un équilibre est ainsi à développer en travaillant sur ces deux canaux de commercialisation. Et même proposer du « web-to-store » ou « store-to-web » (qui consiste pour ce dernier à envoyer certains clients d’une boutique physique vers le site e-commerce, par exemple lorsque le produit n’est pas disponible en magasin).

Comme le précise l’article ecommercemag : « Environ un tiers des consommateurs effectuent leurs achats de fin d’année en ligne, autant le font en magasin, et le dernier tiers utilise les deux canaux ! Une bonne raison pour adopter une stratégie multicanale. Ne négligez pas non plus les réseaux sociaux, car une grande majorité des acheteurs les plus jeunes (71 % pour les générations Z, et 69 % pour les Milléniaux) affirment acheter un produit après l’avoir vu sur les réseaux sociaux.  »

 

3. Le frein du manque de communication : se faire connaitre.

Plus de 25% des Français estiment mal connaître l’offre globale des marques « Made In France ».

Bien que de nombreuses initiatives soient lancées ainsi que des grands rendez-vous (comme le Salon Made In France à Paris en particulier), force est de constater qu’il est difficile d’avoir un panel large de l’offre globale. Il s’agit au consommateur d’être attentif et patient pour chercher la bonne enseigne.

On observe des initiatives régionales, comme Made In Nouvelle Aquitaine, lancé par la région, et qui propose une sélection de commerçants, d’artisans en Nouvelle Aquitaine

Il y a ainsi une approche complémentaire de certaines institutions, qui doivent venir en soutien du Made In France.

Pour conclure : écrivez (bien), communiquez (sur différents canaux), rassurez !

Différents leviers sont à activer pour valoriser une marque et ses produits : le référencement, une présence sur certains réseaux sociaux, des campagnes web à tester ; mais surtout les bons mots, les bonnes accroches et explications (avec une très forte transparence) pour valoriser ses produits et faire adhérer les consommateurs.

Le potentiel des marques Made In France est très fort et c’est encore de moment de bien de positionner. Sur le long terme avec le référencement et les réseaux sociaux ; et également sur des opérations plus rapide comme des actions SEM (publicités sur Google, Facebook…).
Inflexia peut vous accompagner sur ces types d’actions en étant réactif et souple.

 

Kevin Gallot – décembre 2021

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Le marketing des professions règlementées : comment communiquer ?
Publié 5 janvier 2022

Le marketing des professions règlementées : comment communiquer ?

Aujourd’hui, tout le monde peut communiquer, faire du marketing et se lancer dans la publicité. Tout le monde ? Pas vraiment !  En effet, il existe certaines professions, certaines « expertises » qui ont des limitations pour faire leur propre promotion : les professions règlementées. Dès...

LIRE LA SUITE
2022 : merci !
Publié 4 janvier 2022

2022 : merci !

Inflexia s’engage dans sa 10ème année et vous adresse ses meilleurs voeux pour 2022. Déjà 10 ans ! Pour cette nouvelle année, nous tenons simplement à vous remercier pour votre confiance. “La simplicité est la sophistication suprême.” Léonard de Vinci

LIRE LA SUITE