Télétravail : nouvelle norme « post-confinement » ?

Episode inédit d’épidémie mondiale entraînant le « Grand Confinement », le monde du travail en a été bouleversé.
Pendant ce moment confinement en France, environ 5 millions de personnes ont travaillé de chez elles, selon la ministre du Travail, Muriel Penicaud. Et d’ailleurs, « qui les a incitées à continuer à télétravailler au moins jusqu’à l’été ».

Télétravail : nouvelle norme « post-confinement » ?

En effet, en mai 2020, il est déjà précisé sur Service-Public.fr : « Afin de limiter la propagation du coronavirus et lors de cette période de déconfinement, il est demandé aux entreprises d’organiser du télétravail ou du travail à distance lorsque cela est possible.« 
Et de confirmer en août 2020 sur le site du Ministère du travail : « Le protocole national rappelle que le télétravail demeure un mode d’organisation recommandé en ce qu’il participe à la démarche de prévention du risque d’infection au SARS-CoV-2 et permet de limiter l’affluence dans les transports en commun. »

Parallèlement et dans d’autres régions, selon le site de l’ONU : « En Belgique, où près de 62% de la population active a télétravaillé pendant le confinement, 9 travailleurs sur 10 ont plébiscité le télétravail et souhaitent le poursuivre d’une certaine façon dans le futur, selon une étude menée par E.Bloom, une start-up belge.« 

Et même après quelques mois de retour à une « nouvelle réalité » et de nouvelles informations sanitaires : le retour au bureau pour les fonctions support et les métiers dit « de bureau » est de moins en moins la norme

Inflexia pratique le télétravail depuis sa création en 2012 avec parfois des lieux de coworking, et soutien cette méthodologie depuis sa création.
L’équipe en connait la pratique, les contraintes et difficultés ; et accompagne déjà certaines entreprises en prenant en compte ces retours d’expérience : les avantages mais aussi les limites.

Télétravail : en voie de normalisation ?

Tous ces éléments montrent l’intérêt du télétravail pour certaines entreprises, ou certains secteurs d’activité. (Bien sûr tous les secteurs ne sont pas concernés, mais il y a généralement toujours des métiers – notamment administratifs – pouvant s’adapter à cette méthode).

Mais ce télétravail demande aussi à chacun de nouvelles organisations personnelles : espace dédié, distinction entre environnement personnel/professionnel… et aussi éviter de tomber dans l’excès de réunions virtuelles via Teams, Zoom, Skype ou autre outil d’échanges.

La réunionite aiguë peut être également virtuelle !

Quoi qu’il en soit, ce mode de travail à distance, qu’il soit souhaité ou subi (via les protocoles sanitaires) doit absolument être accompagné et soutenu par le management. Une résistance hiérarchique peut amener ce mode de travail à l’échec.

Et ce n’est pas simple, car : c’est avant tout l’humain !

La confiance de l’employeur : pour éviter les flicages intempestifs ou que le doute qui s’installe dans la relation.

La conscience professionnelle du salarié : directement associée à la confiance, c’est « juste » assurer le travail du quotidien de l’entreprise à la maison… sans avoir nécessairement l’attraction de la sieste ou du jardinage (que vous ne feriez -peut-être- pas dans votre bureau).

Enfin, c’est une relation équilibrée qui doit s’installer dans le temps avec également des points réguliers (visio ou physique), des moments de retrouvailles (pourquoi pas une alternance télétravail/bureau permettant aussi de limiter le nombre de personnes et permettre un travail plus serein). Comme l’a mis en place Celios avec la prise en compte de l’avis de collaborateurs, du contexte sanitaire et recommandations des autorités (lire l’article sur la normalisation du télétravail chez Celios)

Beaucoup d’avantages lorsque ce télétravail est normalisé en bon équilibre. L’humain reste le moteur de ce changement.
Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Transformation Digitale : accompagné par Inflexia, le CDES lance ses nouveaux outils numériques
Publié 15 septembre 2020

Transformation Digitale : accompagné par Inflexia, le CDES lance ses nouveaux outils numériques

Depuis fin 2019, Inflexia accompagne le CDES dans ses évolutions numériques et sa transformation digitale : de l’usage d’outils numériques à de nouvelles organisations humaines ; en passant par la réflexion sur de nouveaux modèles économiques. Les nouveaux sites Internet et évolutions...

LIRE LA SUITE
L’émotion dans le contenu : impératif !
Publié 11 mars 2020

L’émotion dans le contenu : impératif !

L’émotion dans le contenu éditorial : nouvel impératif !  Mais, nous aurions pu écrire : De l’émotion BORDEL ! Et mettre aussi cette image : Aujourd’hui (et depuis quelques années déjà) une stratégie digitale qui n’intègre pas le contenu au cœur du dispositif est une...

LIRE LA SUITE